mercredi 20 juin 2012

Concours : Lenaklax, une créatrice de bijoux qui Klax !




Avant son départ pour le salon Who's Next et la présentation de sa toute dernière collection ⚡ No Bullshit in my Neighbourhood ⚡, la créatrice de bijoux LENAKLAX Hélèna Kerbiche m'a fait la très grande joie (et du coup, à toi aussi) d'offrir pour Once Upon a Time une des pièces phares de ladite nouvelle collection, qu'elle est même pas encore en vente. Le concours commence tout de suite maintenant et se termine le 28 juin à minuit.

Il s'agit du fameux ours polaire, qu'elle décline pour la toute première fois (toute toute première fois) en deux couleurs. On t'offre donc le célèbre collier en version bicolore noir / blanc parce que comme le dit si justement Hélèna, "les ours polaires, en vrai, leur peau elle est noire !" 

Découvre le monde furieux et animal de LENAKLAX, ainsi qu'une interview ping-pong mêlant camembert et citations de Mark Twain ! 

Et pour les modalités du concours, c'est tout en bas...

Autodidacte


Londres. Hélèna bosse dans un bar lorsque débarque un de ses clients, le créateur Shaun Leane,  accompagné de McQueen, pour qui il réalise les lignes de bijoux. Il l'invite à venir voir comment se passe la conception des collections. Univers barré du maître, Miss Klax est bouleversée. Come-Back à Lille, Hélèna n'a plus que le bijou en tête et décroche un stage d'un an chez Irina Volkonskii. Encore un monde décalé, où la novice apprend, découvre et s'enrichit avec un leitmotiv naissant : "la folie est un atout". Puis c'est le pépin de santé et trop de temps à tuer. Alors la Klax s'équipe, et se lance, à base de Tutos chopés sur le net. C'est le premier collier, le fameux ours polaire, l'enthousiasme des potes, et le lancement de la marque, LENAKLAX, en décembre 2009. 



Succès


Lauréate du Who's Next Blog en 2010, elle remporte un stand sur le salon et se fait remarquer en France, en Belgique, aux States et en Asie (rien que ça). Elle intègre Maisons de Mode la même année et y installe son atelier à Lille. Aujourd'hui, les bijoux LENAKLAX trustent la presse féminine et les blogs mode, et les People sont addicts : le rapper Theophilus London, Daphné Bürki entre autres...

Théophilus et Hélèna, une rencontre artistique


Catharsis


LENAKLAX, c'est avant tout un exutoire. Vider un trop-plein d'émotions, de joie, de révolte, de manque, mais également un défi personnel lié à un vécu. De l'art au sens propre. De la violence et la colère des gorilles en résine de sa collection "Rumble in the Jungle", on passe à l'envolée fraternelle des cygnes de la collection "Never mind the Babylone". Hélèna Kerbiche ne suit pas la tendance : "Je ne viens pas du milieu de la mode, je préfère aller au musée qu'à un défilé. Tout ce qui m'entoure m'inspire, et surtout mes émotions."





No Bullshit in my Neighbourhood


Cette fois, on sort les crocodiles, en résine, of course. La dernière co sort les pointes, ça pique, ça transperce, on s'imagine encerclé par une tribu toutes lances dehors. Et sinon, la toute dernière collection LENAKLAX sera présentée du 30 juin au 3 juillet au salon Who's Next, passe lui faire un coucou !






Et le teaser vidéo du shooting, pour découvrir l'envers du décor...


Interview Ping-Pong


Tes potes ?
=> Ma fratrie, une évidence

La Môôôde ?
=> Malgré moi !

Un voeu ?
=> Continuer à faire ce que je fais jusqu'à la fin de mes jours.

Je te donne 10 euros.
=> J'achète un paquet de clopes et un camembert.

Ton insulte préférée ?
=> Gros bâtard. Ou Abruti (t'as vu c'est que masculin !)

Le bonheur ?
=> Ne pas avoir de regret et être en paix avec soi-même.

Ton mot de la fin ?
=> "Ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait" (Mark Twain)


Concours

Et voici le fameux Polar Bear bicolore à gagner !

Règles du jeu :
1) Tu like la page Once Upon a Time en cliquant ICI
2) Tu like la page LENAKLAX en cliquant ICI
3) Si tu partages le statut du concours (tu cliques sur "like" en bas du billet) sur ton mur, tes chances de gagner sont doublées (canon !)
4) En commentaire, tu réponds à la question : "Quelles études a fait Hélèna pour se former à la création de bijoux" (attention y'a un piège) et tu me laisses une adresse email et ton pseudo facebook (les commentaires sont modérés, ton adresse email n'apparaitra pas).

Le concours se termine le 28 juin prochain. Bonne chance !


CONCOURS TERMINE !

Bravo à la grande gagnante :







vendredi 15 juin 2012

Point de croix trash : révolte-toi, prends ton canevas !



Il est bien loin le temps où les mamies brodaient des chatons tigrés en regardant Derrick dans leur fauteuil Stressless en cuir crème toutes options. Aujourd'hui, le point de croix est devenu un vecteur de message féministe ou tout simplement culturel et actuel, d'autant plus impactant que le décalage avec l'image d'Epinal "dauphins ondoyants en mode calendrier des PTT" est fort.

Le précurseur en la matière est le bien-nommé Subversive Cross Stitch, qui vous explique comment vous mettre au point de croix, vous fournit des PDF gratos de tout-plein de modèles fun et décalés, avec des mises à jour quasi-quotidiennes. Petit florilège...

Variante possible : whisky / mojito / rhum

Mainstream Power

Cougar Town

Hommage Donna Summer

Mais en France aussi, on a notre chantre du point de croix Trash, j'ai nommé Marjorie Calle qui nous régale avec ses broderies ultra-décalées, inspirées de la vie de tous les jours. Des maximes entendues par toutes (et tous), des gimmick rebattus qu'elle glane ici ou là et qu'elle brode pour la postérité et pour notre plus grand bonheur...









Le mouvement du point de croix subversif a pris une telle ampleur qu'en 2008, le musée des Arts et Design de New-York avait convié 48 artistes à se lacher sur leur canevas. On retiendra la performance féministe d'Andrea Deszo avec sa série Lessons from my Mother, et la broderie en mode afro du billet de 5 dolls par Sonya Clark.






Alors, prêtes à vous mettre au point de croix ?

samedi 9 juin 2012

Coucher le premier soir ? Le Grand Débat


Ca fait un bon bout de temps que je n'ai pas écrit de chronique. Ce n'était pas par flemme ou par manque de temps, mais tout simplement parce que je ne trouvais pas franchement de sources d'inspiration. La campagne présidentielle ? Mouais... La météo pourrave ? Pffff... Jusqu'à ce qu'un événement dans mon entourage réveille une controverse rebattue mais qui continue à passionner les foules...


"Alors ta soirée hier, t'es rentrée avec un mec non ?
- Ouais, trop bien... (sourire extatique aux lèvres, encore dopé aux hormones du sexe et de la luxure)
- Ah t'as couché... Tu le reverras jamais. 
- Mais si, je te jure, il m'a rappelée, cette semaine il est booké, mais on va se revoir, il est à fond.
- Tu verras.
- Ta gueule, rabat-joie, t'es jalouse parce que t'as pas eu d'orgasme cette nuit."

Bah on a vu. Ou plutôt non, on n'a rien vu. Les prévisions de la funeste Cassandre étaient justes. D'où la grande question. Ce qui hier constituait un fait acquis dans l'inconscient judéo-chrétien masculin (et féminin aussi, pour le coup) : "Coucher le premier soir = Pute infâme" est-il encore probant de nos jours, prenant en considération l'évolution des mentalités et l'émancipation de la femme ?

Une chose est sûre, le débat fait rage. Il suffit de googler "coucher le premier soir" pour obtenir rien moins que 764 000 résultats. Forte de la conviction de tenir là un sujet de premier plan et de fait, un potentiel prix journalistique susceptible de doper ma carrière, je me rue dans une brèche de la taille du grand canyon, et vous offre sur un plateau mes conclusions suite à un enfonçage de portes très largement ouvertes.

L'avis des filles


Suite à cet épisode douloureux communément appelé "râteau", et par solidarité féminine envers cette personne de mon très proche entourage, j'ai partagé mon émoi avec mes bonnes copines. "Mais franchement je comprends pas... Attends, il était au taquet, il voulait la revoir. Expliquez-moi !" La réponse fut lapidaire. "Jamais tu baises le premier soir, t'es malade ou quoi ? T'as ta fierté." Tant de compassion et d'écoute face à une situation de grande détresse sentimentale m'émeut. Pour le sens de la mesure, on repassera. Le constat est étonnant de la part de nanas, certes, non activistes, mais actives, et modernes. Je m'attendais à une réaction de femmes libérées (tu sais c'est pas si facile), j'en suis pour mes frais. Je décide donc de me diriger à la source, et me prépare à m'en prendre une nouvelle fois plein la gueule. Direction le sexe fort. 

L'avis des hommes


Très étonnamment, ils sont beaucoup plus cool sur le sujet. Alors, langue de bois ou réelle évolution des mentalités ? Toujours est-il que la règle des trois rencards semble pour eux une aberration, mais surtout une perte de temps (héhé, on voit midi à sa porte les gars ?). Pour eux, rien de choquant à ce qu'une nana affirme ses désirs : "Attends c'est bon, on a envie tous les deux, on le sait, pourquoi attendre pour une histoire de principes à la con ?" Bon point. Cela étant, les choses se corsent quand on aborde le sujet du "et pour après ?" Mon pote résume les choses en m'énonçant une phrase de Georges Clémenceau (oui, les hommes se font poètes dès qu'on aborde les choses du sexe) : "Le meilleur moment de l'amour, c'est quand on monte l'escalier". Ce qui signifie, en gros, que c'est le désir qui fait monter la flamme, à l'image des Zip quand on prépare un barbecue (et ouais, moi aussi je sais faire des métaphores). En lâchant tout le premier soir, la femme n'est certes plus une salope, mais elle ôte tout ce qui fait le charme des débuts de relations. En gros, elle grille ses cartouches. Ce que me confirme l'expert ès choses du sexe Gérard Leleu, auteur du Traité des orgasmes (paye ta référence).

L'avis de l'expert


"Il y a une grande distinction entre l’élue et l’opportunité. Lors d’une rencontre suivie aussitôt d’un rapport sexuel, certes, il y a une attirance, mais il n’y a ni élection ni sélection. C’est un désir presque subi. La situation est différente quand le rapport fait suite à une attirance qui a eu le temps de mûrir. Dans ces cas-là, il s'agit plutôt de la rencontre de deux désirsCe constat est la preuve que le comportement masculin traditionnel perdure : l’homme peut très bien dissocier le plaisir des sentiments. D’un côté, cela signifie que la relation ne repose pas uniquement sur le sexe. De l’autre, que l'homme est capable de se désinvestir lors d’un rapport sexuel.  Il y a une explication physique à cela : le pénis est une excroissance, quelque chose d’extérieur à eux. Lors d’un rapport sexuel, l'homme ne donne jamais qu’un "bout" de lui-même ! Cette spécificité fait que la sexualité au masculin ne nécessite pas d’implication affective : l’homme ne s’investit pas dans le plaisir, et le plaisir ne l’investit pas toujours ! En revanche, pendant les rapports sexuels, une hormone appelée la dopamine est sécrétée, qui peut être à l’origine d’un attachement... Et pourquoi pas déboucher sur une véritable histoire d’amour ?" Et mon cul, c'est du poulet ?

La bonne nouvelle


Cette enquête poussée aux frontières de l'extrême menée avec le plus grand sérieux et qui aura eu le grand mérite de m'offrir une séance d'auto-congratulation à peine dissimulée prouve une chose. Aujourd'hui, une femme a le droit d'assumer ses désirs sexuels et de coucher le premier soir sans se prendre le lendemain une volée de bois vert, du moins de la part des mecs. Le concept de fille facile semble être en passe de tomber aux oubliettes des bons vieux clichés #femmeaufoyer #annéescinquante.

La pas très bonne nouvelle


Si tu as les yeux qui pétillent à l'idée d'une jolie histoire en mode conte de fées, à l'instar de 99% de la population féminine, et que tu souhaites malgré tout concilier tes rêves de petite fille et tes idéaux de femme moderne en assumant une sexualité décomplexée... prépare toi à te prendre un certain nombre de râteaux et à envisager une réorientation de carrière en qualité de vendeuse rayon outils de jardinage chez Leroy Merlin.

J'espère que cette petite chronique vous a fait plaisir, en tout cas pour ma part, je suis bien contente d'être revenue en mode Carrie Bradshaw. Pour tout vous avouer... ça me manquait !








mercredi 6 juin 2012

Minimall, l'eshop au top




Minimall, c'est mon eshop coup de coeur depuis longtemps, non seulement pour les objets que Noémie et Laura proposent, mais aussi et surtout parce qu'on ressent une vraie proximité tant avec les créatrices qu'avec les lectrices / shoppeuses. Et quand on creuse un peu, on s'aperçoit que la raison est toute simple : Minimall, c'est surtout une Friends Story, et aussi une affaire de passion.  

Rencontre avec Noémie, co-fondatrice de cet eshop magique où tout est permis...


Il était une fois, Minimall...


Noémie et Laura, une histoire de copines


"L’histoire de Minimall débute à Nice en Septembre 2003 (ce qui ne nous rajeunit pas). A 18 ans, sur les bancs de l’école de commerce Noémie et Laura se rencontrent. Une amitié est née. 4 ans et 2 Erasmus chacune plus tard, cap sur Paris. Un diplôme de market’ & pub’ en poche, chacune s’en va de son petit parcours pro. Et, comme pour sceller notre amitié et notre passion commune, nous avons décidé de lancer un blog mode et design : Dandy’z. Un 1er pas vers ce qui deviendra quelques années plus tard Minimall.
Mais pour revenir à Minimall, l’idée est née un soir d’été 2010. A force d’imaginer, d’évoquer la possibilité, de parler et de reparler de tout quitter, pour… se lancer et monter SA boîte… Ce soir là on a dit «cap». En y repensant, on a toutes les deux cette impression d’avoir pris la décision de créer Minimall en un claquement de doigts. Quasi inconscientes. Toujours rêveuses, mais désormais ambitieuses. C’est un peu comme si c’était en nous depuis longtemps et qu’aujourd’hui on osait enfin dire « oui »."


Un crédo : "dénicher, shopper, se différencier"


Queen Mum, la pièce kitsch de ta déco


"Le crédo de Minimall se fait en effet en 3 mots et en rime, s’il vous plaît. « Dénicher » à travers le monde des créateurs talentueux, des nouveautés, des objets pleins d’originalité, et vous les faire découvrir. « Shopper » pour le plaisir du shopping, le plaisir d’offrir et/ou se de faire plaisir. « Se différencier » en shoppant des pièces de créateurs, des objets insolites, que l’on ne trouve pas partout !"

Travailler à deux, c'est facile ?


Bling Bling x Néon : Must Have cet été !

"Nous sommes deux et en plus nous ne résidons pas dans la même ville – Laura est à Nice et moi à Hyères -. Pratique, hein ? Autant vous passer les détails du nombre d’heures que l’on passe au téléphone ! Nous nous sommes quelque peu réparties les tâches. Laura s’occupe plus précisément des achats, elle est en contact avec les créateurs. Mais attention nous faisons toujours les sélections ensemble. Et moi, je m’occupe de la boutique en ligne. C’est alors que tout le monde me dit « mais toi tu fais rien en fait ? ». Et bien non, gérer une boutique en ligne ne s’improvise pas. Entre son animation, les réseaux sociaux, les newsletters, la création de contenus, des fiches produits, les photos, le SAV…
Ensuite, nous nous occupons toutes les deux du blog, à chacune ses articles selon ses envies du moment, ses trouvailles, ses inspirations…"


L'eshop des copines

Comme quand on grave ses initiales dans les arbres for ever ever <3

"C’est super chouette que vous ressentiez cela !!! Je ne sais pas si c’est ce qui différencie Minimall des autres e-shops mais en tout cas pour nous c’est vraiment quelque chose de naturel. Le maître-mot de notre travail est incontestablement la passion et je pense, tout du moins j’espère, que c’est ce que nos clientes, nos fans, nos lectrices et les créateurs ressentent ! Entre le blog, Pinterest, l'eshop, Facebook, Twitter, Instagram… On vit, on mange, on dort, on rêve Minimall. Mais c’est une vraie passion."

Ton objet coup de coeur du moment !




"Inconditionnellement les bracelets brésiliens Hipanema. C’est vraiment pour nous le bracelet de l’été 2012 !"

Ton mot de la fin ?


"« L’homme qui ne sourit pas ne doit pas ouvrir boutique ». Un proverbe chinois (et je crois qu’on peut leur faire confiance)."


<3 Petit bonus <3 : retrouvez la sélection Once Upon a Time pour Minimall ici, avec les objets que je préfère (mais bon, y'en a teeeeeellement d'autres qui valent le coup). Hey, en plus en ce moment, avec le code MUM, la livraison est offerte à partir de 50 euros !






Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 Unported License.