mercredi 1 juin 2011

To be or not to be (a Hipster)


Etes-vous un hipster ? Ou plutôt êtes-vous tendance ? Car aujourd'hui, le hipster est LA tendance incontournable, LE blockbuster du style, THE must-be du moment. Décrié à l'instar de tous les mouvements naissants (geek, bobo, etc.), le hipster-style est pourtant sur toutes les lèvres.

Pour les béotiens, les hispsters se définissent comme des "anti-mainstream". Ca vous avance bien ? Bon ok. Mainstream = culture commerciale, e.g. Lady Gaga, H&M, etc. Ils se considèrent donc comme les pionniers de l'underground. Mix improbable entre la putafrange, le bobo, le fluokid et la modasse, le hipster déchaîne les passions.

Alors, en êtes-vous ? (et si oui, ne l'avouez jamais, le hipster déteste être catalogué).


Look



Le hipster mâle portera une chemise à carreaux de bûcheron (en ville, il y a beaucoup de platanes, c'est indispensable) et des pantalons slims trop courts, parce que c'est tellement plus joli quand on voit les chaussettes. Monsieur et Madame Hipster porteront tous deux des lunettes Wayfarer, et si possible avec des montures de couleur (c'est le côté arty écrivain, crucial même si vous travaillez en réalité en tant que contrôleur de gestion chez Peaudouce). On parle ici tatouages, bretelles, moustache (pour les messieurs uniquement, de préférence). Même si pas mal de ses fringues sont des fripes, puisqu'il refuse la consommation de masse, le Hipster a ses marques cultes, qui sont rien moins que Colette, American Apparel, APC, Kitsuné et the Kooples (non non, ce n'est pas de la consommation de masse). Le hipster maîtrise l'art délicat du ridi-cool.

Musique



Un seul diktat : la face B. On est fan de l'underground ou on est pas. Parce que je suis un visionnaire, un avant-gardiste. Les tubes, je les laisse à la masse, à ceux qui ne sont pas capables de comprendre ce qui est VRAIMENT à la pointe. Alors c'est simple, dès qu'un groupe commence à sortir de l'ombre, je laisse tomber, et je passe à autre chose. D'ailleurs c'est bien simple, c'est ce qui est caché qui m'intéresse. Moi, je vais à des concerts de groupes hyper pointus à Rouilly-en-Josas, où d'ailleurs le membre sur lequel je me concentre, ce n'est pas le chanteur (beaucoup trop en lumière), mais le joueur de triangle au fond à gauche, "troooop underground ce solo de triangle t'as vu !".

Art (et d'essai)



S'agissant de cinéma, je suis très films allemands des années 70. Muets de préférence. Mais les films d'auteurs français en noir et blanc me branchent pas mal non plus :
"- Il va pleuvoir je crois...
- Oui. Je vais chercher du pain.
- De mie..." Travelling arrière sur la ville, Requiem pour violoncelle, clap de fin.
Pour le reste, je suis trèèèès art contemporain. Mais je m'intéresse aussi au design, au graffiti et à la culture urbaine plus généralement, et à la photo. Mais comme je ne suis pas du tout doué pour la peinture ou le design, et ben je fais de la photo. Enfin... j'ai surtout un iPhone. Alors en fait, j'ai  installé l'appli Hipstamatic.

Mode de vie



J'ai un boulot cool (créa, artiste, merchandiser visuel), ou un boulot chiool (chiant mais dans une boîte cool, i.e. vendeur chez Colette, standardiste chez Publicis). Je peux également être auto-entrepreneur-metteur-en-scène (je poste 50 vidéos par jour sur YouTube / Facebook). Question déplacement, je n'ai pas de voiture, parce que je n'ai pas le permis, je refuse de passer ce test arbitraire et sans créativité aucune. Je me déplace en deux-roues : vespa ou le plus souvent, vélo à pignon fixe (vélo sans vitesse et sans freins - faut être con quand même).

Phrasé



- l'emphase : je surkiffe, j'overvalide, je suis méga-ok, j'ai ultra-adoré. Ma vie n'est pas fade et je tiens à vous le faire savoir.
- le name-dropping : je ponctue mes phrases du nom de mes maîtres du moments. En règle générale ils sont américains. Mais des japonais, c'est encore mieux. L'intérêt, c'est que pour les non-initiés, ça passe à l'aise (Kawasaki, Mitsubishi, sashimi, les non-hipsters n'y verront que du feu).
- l'anglicisme : je parle anglais couramment, et le français, c'est so old-fashioned. La culture 2.0, c'est l'anglais buddy ! Alors mes statuts facebook / tweets (ah oui, j'ai oublié de vous dire, j'ai aussi une vie virtuelle très développée) sont toujours en anglais, et dans la vraie vie aussi, je parle franglais : Adder, checker, fooding, googler, etc.

Watch that buzz !

Bon, sachez que si vous vous êtes reconnu dans ce portrait (mais sshhhh!!!), vous êtes haï par la société toute entière. Des petits malins se sont même amusés à disseminer des pièges à Hipsters en mode pièges à loups dans tout NY, en se servant de leurs objets fétiches traditionnels comme appâts : Wayfarer, colliers fluos, bière... Voyez-plutôt !



A titre d'exemple, voici quelques petits sites qui traitent des/les hipsters, de façon assez drôle, mais pas forcément très sympathique. Mais souvenez vous : le pire, c'est l'indifférence !



7 commentaires:

  1. yeaaah Merci Ombeline pour le clein d'oeil ! top ton article ! bisous Léti

    RépondreSupprimer
  2. génial, merci pour ces grands sourires (avant d'aller bricoler)
    le hipster est il bricoleur? :)

    RépondreSupprimer
  3. Non, le hipster ne bricole pas. Dans certains cas extremes, il ne montera pas de meuble Ikéa, mais travaillera sur une oeuvre contemporaine avec un collectif d artistes suédois. Oui, le hipster a une réputation.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  5. attention au plagiat.... beaucoup de similitudes avec un magazine feminin......

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Anonyme, le terme plagiat est à mon sens un peu fort... En effet, les descriptions caricaturales des nouvelles tendances sont souvent axées sur une meme ligne directrice, qui est celle que j'ai utilisée : look, style de vie, language, philosophie, etc. (cf le dictionnaire du look). Mes sources sont ici multiples, web et papier, et parmi elles, il est vrai, le magazine féminin auquel vous faites allusion. Cela étant toute critique est constructive, et je vous remercie de vous etre attardé afin de la rédiger.

    RépondreSupprimer
  7. Chef, au rapport, chef.

    J'ai tout lu, chef.

    Je ne vois rien d'hyper-féministe, chef.

    Et ouf de soulagement, je ne me reconnais en rien dans cet article... pfiuuuuu ! C'est over-good nan ? Oups....

    RépondreSupprimer

Merci pour ton commentaire, il sera modéré en attente de publication.
A bientôt !
Lili

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 Unported License.